Menu

Les principes de l’ergonomie Homme-Ordinateur

Dans son rapport avec les technologies de l’information et de la communication, l’homme n’est pas souvent conscient des conséquences physiologiques et cognitives qui découlent de leurs mauvaises utilisations. L’ergonomie, qui étudie les interactions homme-machine, cherche à améliorer les performances de l’utilisateur en adaptant la machine à l’homme et non le contraire. À cet effet, plusieurs principes servent de soubassement au développement de tout projet informatique.

E comme ergonomie et ergonome

L’ergonomie en tant que science, et l’ergonome en tant que spécialiste, de l’ergonomie, sont deux mots de même famille dont il convient d’approfondir la signification. Le mot ergonomie vient du grec ergon (travail) et nomos (loi, règles). C’est donc une science dédiée au travail et aux règles qui le régissent. L’ergonomie associe les aspects physiologique, psychologique, sociologique, sanitaire, qui touchent au travail et permet d’avoir une connaissance scientifique de l’homme dans son environnement professionnel, tous domaines confondus.

Le but poursuivi étant l’adaptation du travail et de l’environnement de travail à l’homme. Cette adaptation passe par des aménagements concernant l’organisation des tâches, les postes de travail, les outils, l’environnement, les systèmes homme-machine, etc. Il s’agira d’abord d’identifier les utilisateurs pour lesquels l’adaptation est menée, de faire preuve de méthode dans l’élaboration des choix, et de définir avec précision les points essentiels sur lesquels il faudra intervenir.

Le travail de l’ergonome est d’adapter l’interface au profil de l’utilisateur. Il est donc logique qu’il faille avant tout comprendre l’utilisateur en question. Aucune démarche ergonomique ne peut être menée à bien sans cette information établie sur deux versants : l’universel (connaissances de l’être humain, de ses capacités cognitives, perceptives, motrices, etc.) et le spécifique (spécifique à l’individu ou au groupe d’individus cible, spécifique aux caractéristiques et au déroulement de la tâche, etc.). Comment rendre un système, un travail, compatible aux normes ergonomiques, et plus précisément dans le cadre de l’interaction homme-ordinateur ?

Les Principes de l’ergonomie homme-ordinateur

Ce volet concerne essentiellement les règles de base à suivre dans le développement d’interfaces ergonomiques qui permettent à l’utilisateur, à l’employeur, ou au chef d’entreprise d’atteindre les objectifs escomptés. De toute évidence, l’accent est principalement mis sur les appareils informatiques, mais également sur les méthodologies et les logiciels qui sont développés dans le cadre du travail. Il s’agit donc des principes :

  • De compatibilité : dénommer des commandes conformément au vocabulaire de l’utilisateur, simplifier le passage d’une tâche à une autre (multi fenêtrage).
  • D’homogénéité : rendre le système prévisible, la recherche d’une information rapide, faciliter la prise de décision en présentant les informations de même nature de façon consistante.
  • De concision : éviter à l’utilisateur de mémoriser des informations longues et nombreuses.
  • De flexibilité : s’adapter aux diverses populations d’utilisateurs.
  • De feedback, de guidage : informer l’utilisateur du résultat d’une action, lui faire connaître l’état du système, lui fournir des messages d’avertissement. L’interface peut également guider l’utilisateur par différenciation typographique (police, structuration de l’affichage ou par l’intermédiaire de messages d’avertissement et d’aide en ligne).
  • De charge informationnelle : réduire la multiplicité des opérations à effectuer et diminuer le temps d’attente de l’utilisateur.
  • De contrôle explicite : l’utilisateur doit avoir le sentiment de contrôle total sur l’interface.
  • De gestion des erreurs : il doit être donné à l’utilisateur l’opportunité de corriger ses propres erreurs. Il peut donc revenir sur sa décision initiale, l’objectif de ce principe étant de favoriser l’exploration et l’apprentissage du logiciel en prévoyant dans le système la possibilité pour l’utilisateur de changer de décision.